Protéger la France et les Français

Protèger la france

Pour une immigration intégrée dans la sécurité

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Pour une immigration choisie

  • 1.
  • Reconduite systématique des étrangers en situation irrégulière.
  • 2.
  • Si un immigré se rend coupable d’un délit d’atteinte aux personnes, son titre de séjour ne sera plus renouveler automatiquement, son expulsion à la fin de la peine sera organisée dès son incarcération, dans un centre dédié de rétention. (Exil intérieur et temporaire).
  • 3.
  • Allongement de la période de rétention possible à 2 ans, le temps pour le pays d’origine de délivrer le laisser-passer consulaire (et non plus 3 mois), pour un renvoi dans le pays d’origine, sans limite pour les radicalisés. Si l’Etat d’origine refuse de reconnaitre le délinquant, une accélération de la procédure pourra avoir lieu par l’intermédiaire de pressions financières.
  • 4.
  • Test de langue maternelle pour les mineurs isolés étrangers de façon à établir clairement leur nationalité.
  • 5.
  • Test ADN dans les procédures de regroupement familial.
  • 6.
  • Réduction des entrées légales à 100 000/an.
  • 7.
  • Suppression systématique de subventions publiques aux associations en contradiction avec les lois de la République.
  • 8.
  • Rétablir le délit de séjour irrégulier. (étudiants et touristes restant illégalement sur notre sol après l’expiration de leur titre de séjour).

Pour une intégration réussie

  • 1.
  • Tout étranger n’ayant pas un emploi ou une formation au bout de 6 mois doit quitter le territoire national.
  • 2.
  • Sensibilisation des enfants à la culture française, et à la maîtrise de la langue nationale.
  • 3.
  • Interdiction de tout signe religieux ostentatoire promouvant l’islamisme dans l’espace public, dans la fonction publique et dans les espaces de services publics et d’éducation.
  • 4.
  • Test de français dans le pays d’origine, avant l’octroi d’un visa de long séjour.
  • 5.
  • Développement des cérémonies d’accueil en préfecture ou en Mairie pour les étrangers entrés légalement.
  • 6.
  • Création de collèges et lycées d’exigence, en internat, sur l’ensemble du territoire. Sanctions immédiates dans les collèges et lycées contre les actes et les propos haineux envers la France.
  • 7.
  • Arrêt des interventions et des subventions pour les associations indigénistes et communautaristes intervenant en milieu scolaire.
  • 8.
  • Choix assumé de l’intégration par l’accessibilité économique plutôt que par la distribution de subventions.
  • 9.
  • Valorisation des immigrés qui réussissent et apportent leur dynamisme à la société française.

Pour une sécurité assumée

  • 1.
  • Construction de 15 000 places de prison. Découpage du territoire en 5 grandes zones, répartition de 3000 places par zone.
  • 2.
  • Création d’un parcours « Jour Nouveau » pour les délinquants volontaires, articulé autour de trois pôles:

– Discipline (encadrement militaire).
– Education (obligation d’études et de diplômes).
– Travail (contact avec le monde de l’entreprise ).

  • 3.
  • Alourdissement des amendes et sanctions pour les plus gros délits.
  • 4.
  • Politique de la tolérance zéro. Fin du rappel à la loi pour les agressions sur personne, et sanction immédiate.
  • 5.
  • Création de groupes d’interventions pour les quartiers hors de contrôle,(où les FDO ne peuvent plus intervenir seules), organisés par une alliance des forces communes à la Gendarmerie et la Police, avec l’appui de l’expertise et de la stratégie de l’Armée, soutenue par l’expérience de terrain des associations.

Pour une réforme de la Police

  • 1.
  • création d’une école nationale des polices municipales.
  • 2.
  • Elaboration d’un tronc commun avec la Police Nationale, lors de la formation initiale et organisation du maintien des acquis par le transfert et partage de compétences.
  • 3.
  • Responsabilisation de la Police Municipale, en tant que primo-intervenants, en lui accordant des pouvoirs de la Police Nationale : autorisation de contrôle des cartes d’identité, des contrôles des coffres de véhicule, accès au fichier des voitures volées.
  • 4.
  • Simplification des procédures administratives par une réorganisation augmentant sa présence sur le terrain à moyens constants.
  • 5.
  • Intégration par la culture et l’enseignement.
  • 6.
  • Suppression des objectifs dans la Police, afin d’éviter la focalisation sur les petits trafics plutôt que sur les gros.
  • 7.
  • Suppression systématique de subventions publiques aux associations en contradiction avec les lois de la République.
  • 8.
  • Augmentation des moyens dans l’investigation.
  • 9.
  • Développement des moyens de vidéo protection par des partenariats avec les entreprises de sécurité privée.
  • 10.
  • Créer une sécurité au plus près des citoyens. Sous le contrôle de légalité du préfet, élargir les prérogatives du maire et de la police municipale. Le maire aura la possibilité de fermer des établissements ou d’assortir ses arrêtés d’une décision de mise en demeure.

Pour une réforme de la justice

  • 1.
  • Désidéologiser la justice en commençant par le remplacement de la direction de l’école de la magistrature et la réforme de ses programmes.
  • 2.
  • Recentrage des moyens sur les atteintes aux personnes et quasi suppression des peines de prison fermes pour les délits à caractère sociétaux.
  • 3.
  • Sanction systématique par une peine réellement effectuée pour toutes les atteintes aux personnes.
  • 4.
  • Stabilisation du droit avec refus de faire une loi en réponse à chaque fait divers. Simplification du droit et suppression massive de lois à caractère sociétal.
  • 5.
  • Abaissement de la majorité pénale à 16 ans.
  • 6.
  • Mise en place du cumul des peines.
  • 7.
  • Remise en place des peines plancher.
  • 8.
  • Vider les prisons des détenus étrangers pour qu’ils effectuent leurs peines dans leur pays d’origine.

le sercin

Protèger la france

Pour un nouveau Service Civique National: le SerCiN

Le Service Civique National s’articule autour de deux thèmes centraux :
- La cohésion républicaine renvoie aux thématiques de la citoyenneté, de l’insertion sociale et professionnelle, des valeurs de la République, de l’engagement, du partage et de la solidarité.
- La résilience de la société française fait davantage écho aux thèmes de la politique de défense et de sécurité de la France, les gestes qui sauvent, le lien Armées-Nation et l’esprit de défense.

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Instaurer une réelle mixité sociale

L’instauration de la mixité sociale est le 1er objectif poursuivi par le service civique national, en regroupant des jeunes issus de milieux sociaux différents sur une durée de 10 mois sécable, entre 16 et 25 ans.

Il s’agit de proposer à des groupes de jeunes de réfléchir, apprendre, travailler sur des sujets et des projets, ensemble et, par ce biais, de construire une mémoire commune, indispensable à la construction de la citoyenneté. Ces jeunes n’auront peut-être pas habité les mêmes quartiers, fréquenté les mêmes écoles mais ils auront partagé une expérience collective : celle du Service Civique National.

D’autres dispositifs, plus modulables, peuvent être mobilisés en fonction du choix du jeune et consistant à conduire ce dernier à vivre une expérience d’engagement en dehors de son milieu d’origine.

Développer l’engagement et la citoyenneté

Mettre en place un service civique national est une voie qui permet de sortir de l’individualisme au profit d’un engagement collectif. C’est le deuxième objectif du service civique national. 
C’est une occasion donnée aux jeunes d’être informés, dans leur parcours d’accès à l’autonomie, des différentes formes d’engagement possibles. En effet, l’engagement peut se définir comme la forme la plus aboutie d’une citoyenneté active.
Cela peut se traduire de deux manières : soit en proposant aux jeunes de vivre une ou des expériences de citoyenneté, soit en éduquant les jeunes à la citoyenneté à partir d’un socle commun. La mise en place du Service Civique National peut proposer l’une, l’autre ou les deux options en les articulant.
S’agissant de la forme prise par l’engagement, il peut être un engagement militaire, dans la sécurité civile ou encore une expérience de bénévolat ou d’engagement en service civique, en service volontaire, etc. Par ailleurs, il ne faut pas confondre service national à caractère obligatoire et service civique qui est un processus fondé sur le volontariat et centré sur l’individu, dans un processus d’engagement.
En termes de contenu et d’expérience d’engagement, il apparaît essentiel que les jeunes soient acteurs de leur propre parcours et qu’ils puissent considérer cela comme une opportunité offerte de multiplier des expériences et non comme un parcours imposé.

Accompagner l’insertion sociale et professionnelle

Jacline Mouraud propose au travers du Service Civique National l’opportunité de poursuivre un troisième objectif, pris aujourd’hui en compte lors de l’actuelle Journée de Défense et Citoyenneté (JDC). Repérer les jeunes en difficulté au travers d’un objectif spécifique d’insertion, même s’il ne doit pas se confondre avec un dispositif d’insertion.
Le SerCiN pourra par conséquent utilement s’inscrire dans le parcours d’insertion des jeunes à différents niveaux, qu’il s’agisse de l’insertion sociale mais aussi professionnelle :

  • repérage de l’illettrisme mais aussi accès aux droits, éducation à la santé, connaissance des administrations, éducation au numérique, etc. C’est également une occasion de présenter divers métiers
  • dont ceux de la défense mais aussi d’autres domaines
  • dans des temps dédiés à l’orientation, et d’identifier les freins à l’emploi et à la formation, favorisant ainsi la présentation des dispositifs pouvant accompagner le jeune.

Le SerCiN en pratique

Sous le commandement d’un ancien militaire, d’un militaire d’active et d’un réserviste, aucune possibilité de le rendre facultatif ou d’y déroger.
Objectif: Donner de son temps à la collectivité par l’intermédiaire d’un encadrement militaire, avec 3 mois non divisibles enseignant le civisme et la République, et tout un ensemble de pratiques interdisciplinaires axées sur le citoyen.
▪ Durée de 10 mois.
▪ Pour tous.
▪ Entre 16 et 25 ans.
▪ Possibilité d’intégrer: soit le service militaire volontaire, soit le service militaire intégré, soit les Cadets de la Défense, soit les Cadets de la République pour les effectifs réclamant un encadrement militaire. Soit rejoindre un service de santé, l’enseignement, ou tout autre corporation privée: agriculteurs, marins, commerçants, etc, qui en aurait fait la demande.
▪ Pour les élèves en écoles militaires, ils devront parrainer un SerCiN pendant leur temps de service. Ils bénéficieront alors d’une bonification.

Demander l’avis des FRANÇAIS

Proposer puis débattre

Référendum

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Les Principes

  • 1.
  • En l’absence de véritable politique migratoire de l’Union Européenne, retour à la prédominance du droit français sur le droit européen :
    – Sortie du pacte de Marrakech. Seuls les Français décident de la politique migratoire de la France
    
- Organisation d’une immigration par nationalité et par profession, selon la méthode des quotas, votés chaque année par le Parlement.
    – procédure de regroupement familial limité à un seul conjoint et aux seuls enfants issus de cette union
  • 2.
  • Remplacement du droit d’asile par un droit de secours.
    – Modification du préambule de la Constitution et de la loi du 29/07/2015 par  :
    « Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a le droit au secours et peut bénéficier de l’asile sur proposition des autorités françaises ».
    ( avant  : «  Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République ». )
  • 3.
  • Révision du droit du sol.
    – Fin de l’attribution automatique de la nationalité française. Celle-ci sera octroyée après un examen destiné à évaluer les capacités d’intégration dans la République et la Nation.(les connaissances de la langue et de la culture française étant des pré-requis).
    – Impossibilité aux personnes ayant été condamnées pour des faits de délinquance grave, d’obtenir la nationalité française.
  • 4.
  • Application de la peine de perpétuité effective et incompressible. 
    – Pour toutes personnes impliquées dans une entreprise terroriste, les assassins et les pédocriminels, les tueurs en série.

Me soutenir

Vous pouvez contribuer à notre effort. Cliquez ci-dessous sur les actions de votre choix

JE M'ABONNE
JE M'ENGAGE
JE PARRAINE
JE DONNE
Par carte
processing...

Don

  • EUR

Par chèque

Merci de nous faire parvenir un chèque signé a l'ordre de ANSAP JACLINE MOURAUD à:

ANSAP JACLINE MOURAUD
6 Lotissement de la Fermenterie
56140 BOHAL

Par virement bancaire

Merci de faire votre virement à:

ANSAP JACLINE MOURAUD
6 Lotissement de la Fermenterie, 56140 BOHAL

IBAN = FR76 3004 7141 6300 0207 1960 153
BIC = CMCIFRPP (CIC PONTCHATEAU)